Des ressources pour des finalités

Mobilisation des ressources et compétences

Quelles ressources et quelle compétences mobiliser ? Cette question (ou plutôt ce « questionnement » pour employer le jargon de l’Éducation nationale) fait partie du programme de management et gestion de seconde.

Nous verrons ici en quoi la mobilisation de différentes ressources et compétences permet de réaliser des objectifs au service d’une finalité. Exemple à l’appui.

 

Objectifs et finalité

Il existe différents types d’organisations : entreprises, services publics, associations… Une organisation a une ou plusieurs finalités.

Une finalité peut être financière, sociale, sociétale ou environnementale.

La finalité financière (gagner de l’argent) est celle des entreprises. Une entreprise qui ne crée pas suffisamment de valeur est vouée à disparaître. Celle qui en crée peut stagner ou se développer, selon que ses dirigeants préfèrent investir ou se verser les bénéfices.

La finalité sociale vise le bien-être des membres de l’organisation. Ceux-ci sont les salariés mais aussi les dirigeants : un couple qui s’installe à la campagne pour entreprendre une activité agricole après avoir connu une vie stressante en entreprise peut être considéré comme une organisation qui a une double finalité, financière et sociale !

La finalité sociétale est l’amélioration du bien-être de la société. C’est celle de nombreuses associations (caritatives, sportives…) mais aussi des organisations publiques.

Le fait de se donner une finalité environnementale consiste à minimiser la pression écologique.

Une organisation se donne des objectifs qui s’inscrivent dans sa finalité. Celle-ci n’est pas quantifiable, contrairement aux objectifs.

Par exemple, une entreprise qui fabrique des trottinettes électriques peut prétendre à plusieurs finalités : gagner de l’argent, bien sûr, mais peut-être aussi offrir à ses salariés de bonnes conditions de travail, permettre aux acheteurs d’améliorer leurs conditions de transport et enfin préserver l’environnement dans la mesure ou la trotinette peut être une alternative à l’automobile.

 

Ressources

Une organisation possède des ressources de différentes natures.

Les ressources humaines sont un vivier de compétences. Si celles-ci manquent, il faut soit recruter, soit envisager des formations pour le personnel en place.

Les ressources financières ont-elles aussi deux origines, interne et externe. L’interne est le capital apporté par les propriétaires. Les ressources externes sont les emprunts à long terme ou éventuellement l’apport de nouveaux actionnaires.

Les ressources matérielles sont toutes les propriétés mobilières et immobilières de l’organisation (machines, moyens de transport, locaux, matériel informatique…).

Enfin, les ressources immatérielles ne sont généralement pas mesurables, même si certaines font l’objet d’écritures comptables (brevets…). Il s’agit de la notoriété, de la capacité d’innovation, des liens avec les clients et, d’une manière générale, des parties prenantes externes, etc. La notoriété sur Internet peut toutefois être mesurée (nombre de followers, de pages web consultées…).

Les objectifs sont définis en fonction des ressources disponibles. C’est une évidence. Inutile de chercher à être numéro un mondial de l’aéronautique si l’on ne dispose que d’un garage avec un établit.

 

Compétences

Une compétence consiste à savoir combiner et utiliser des ressources pour faire face à une situation. On peut parler de compétence aussi bien pour un individu que pour une organisation.

Là encore, on peut distinguer différentes catégories.

Il existe des compétences managériales (voir la page sur le management), organisationnelles (système d’information, logistique…) ou liées à un savoir-faire.

Davantage de précision sur la notion de compétence en page travail.

 

Exemple

Prenons l’exemple d’un hôpital lors de l’explosion de la pandémie due au Covid 19. Son objectif était de sauver un maximum de vies.

L’une des compétences managériales consistait à savoir mobiliser au maximum le personnel hospitalier tout en limitant sa fatigue physique et morale. Ceci suppose la capacité d’organiser de nouveaux plannings en un temps record mais aussi de savoir soutenir moralement un personnel soumis à une charge de travail intense.

Au début de la pandémie, lorsque les masques chirurgicaux, les blouses et les respirateurs artificiels manquaient, l’hôpital devait faire preuve d’une certaine compétence organisationnelle pour mobiliser tous les contacts susceptibles de fournir le matériel manquant.

Une compétence liée au savoir-faire (parmi beaucoup d’autres !) était de déterminer si un patient devait être réanimé et à partir de quand il pouvait être considéré comme sauvé pour laisser sa place à un autre patient.

On le voit sur cet exemple, les compétences peuvent consister à utiliser les ressources humaines et matérielles existantes mais aussi à savoir trouver celles qui manquent.

 

Arbitrages

Un manageur doit toujours choisir. Ce choix s’opère notamment pour obtenir la meilleure articulation entre ressources et compétences. Ceci suppose de bien les connaître : combien de fois des manageurs ont-ils dépensé des fortunes pour que des consultants externes leur apprennent ce que leur collaborateurs savaient déjà ! (ça, c’est du vécu).

Autre exemple classique d’arbitrage, le choix entre une ressource humaine et une matérielle. La mécanisation puis l’informatisation se sont traduites par le remplacement progressif des humains par les machines.