Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

Le stress

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stress au travail

Progressivement, au cours du siècle dernier, le stress lié au travail est devenu un fléau dans les pays développés : troubles de la santé et du comportement des individus mais aussi conséquences nocives pour leurs employeurs (d’ailleurs les dirigeants eux-mêmes n’échappent pas au stress !). Comment définir ce mal ?

Définition

« Le mot stress vient du latin stringere qui signifie tendre raide, serré, et, sous diverses orthographes, ce terme a été employé au cours des siècles dans la langue anglaise (…). Ce n’est qu’après le XVIIIe siècle que le mot va prendre le sens classiquement admis (..) qui est celui d’une force ou d’une pression, ou encore d’une forte influence, agissant sur un objet physique ou une personne », Jean Rivolier, l’Homme stressé (PUF 1989) p. 19.

Ainsi au sens premier, le stress ne s’appliquait pas aux humains. Aujourd’hui, il caractérise des perturbations agressives sur des objets, des êtres vivants et des organisations.  Par exemple, dans le but de vérifier que les banques privées sont suffisamment capitalisées pour amortir des chocs (krach boursier, déflation…), la BCE leur fait subir des stress tests. Mais comme vous l’avez deviné, nous n’évoquerons ici que le stress qui affecte les individus.

Le terme est toutefois ambigu puisque dans le langage courant il désigne aussi bien l’agent « stresseur » que l’état dans lequel se trouve l’individu qui lui est soumis. C’est pourquoi certains préfèrent parler respectivement de pression et de tension pour éviter toute ambiguïté.

Déséquilibre

La pression est un déséquilibre entre des exigences et des ressources. Prenons quelques exemples :

- Un manager demande à son assistant de réaliser un travail (exigence) mais celui-ci manque de temps (ressource) pour le faire.

- Un client réclame une explication à son fournisseur (exigence), lequel ne dispose pas de l’information nécessaire (ressource) pour lui répondre.

- Un particulier doit payer son loyer (exigence) mais son compte de dépôt (ressource) n’est pas suffisamment approvisionné.

- Un ouvrier du bâtiment doit travailler sous un soleil de plomb (exigence) mais il redoute de se sentir mal (ressource physique).

- Un salarié a beaucoup travaillé (exigence) mais il n’est pas rémunéré à sa juste valeur. Le stress est plus indirect : le salarié n’a pas la ressource psychologique pour accepter cette frustration.

- Etc.

La tension provient d’un effet réel de ce déséquilibre ou d’une PERCEPTION de celui-ci. Une perception exagérée de la pression subie est souvent liée à un manque de confiance en soi. Nous sommes notre principal ennemi… Mais il est évident que chacun réagit différemment à un même stresseur.

Physiologiquement, cette tension résulte d’un mécanisme d’adaptation. Pour simplifier à l’extrême, l’hypophyse stimule les glandes surrénales qui secrètent du cortisol et de l’adrénaline.

Différentes formes

Une simple motivation est considérée comme un stress positif. Ainsi, on évite de flemmarder dans son lit alors qu’il faut se rendre sur le lieu d’un examen ! Nous n’évoquerons pas davantage ce type de stress.

La tension peut être ponctuelle (stress aigu) mais il arrive qu’elle s’installe petit à petit et qu’elle ne redescende plus (stress chronique). Par exemple, suite à une remarque inappropriée de son supérieur hiérarchique, un salarié peut vivre constamment sur ses gardes, stressé par une méfiance qui durera de longues années avant de s’estomper.

Un cas particulier est le stress post-traumatique qui apparaît à la suite d’un évènement très perturbant et inattendu (prise d’otage, incendie, accident de transport…), parfois quelque temps plus tard. Il dure au minimum un mois, parfois de nombreuses années s’il n’est pas traité par un accompagnement psychologique. Ses manifestations et ses thérapies sont spécifiques.

Ne pas confondre

Dans la pression, il n’existe aucune volonté de nuire. C’est pourquoi le stress doit être distingué du HARCÈLEMENT.

Il doit aussi l’être de l’ANXIÉTÉ. Cette dernière est l’un des effets que peut produire le stress. Elle en est même une conséquence NORMALE. Et c’est d’ailleurs lorsqu’elle n’est pas due au stress que l’anxiété devient un trouble inquiétant !

Évolution

Dans tous les cas, le stress n’a rien d’une maladie. Mais il peut conduire à de graves pathologies.

Lorsqu’il est chronique, il peut évoluer vers le burn-out, effet d’un taux de cortisol qui ne redescend plus et qui épuise les surrénales.

Êtes-vous stressé ?

Il existe de nombreux tests sur le web pour être fixé ! Exemple :

http://www.positif-stress.fr/test-de-stress/

En savoir plus

Sur le site que vous avez la bonne idée de consulter en ce moment, vous trouverez plusieurs développements sur le sujet :

- Les causes du stress. Elles sont liées au travail (contenu, organisation, environnement, relations humaines…) mais aussi à la sphère privée.

- Les mesures du stress, physiologiques et psychologiques.

- Les conséquences du stress sur l’individu, son employeur et la collectivité.

- La prévention du stress par l’employeur qui peut agir sur les ressources des salariés et sur les exigences qui leur sont demandées.

- La gestion du stress par chaque individu.

Liens externes :

https://osha.europa.eu/fr/front-page

http://www.stresshumain.ca/

 

stress

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés