Les réseaux

Généralités sur les réseaux

Aujourd’hui, il est rare qu’un matériel informatique ne soit pas connecté à un réseau (network). Généralement, un poste de travail donne accès non pas à un seul mais à plusieurs réseaux. Comme vous consultez ce site, c'est que votre matériel est relié à Internet. Si vous êtes à votre domicile, peut-être profitez-vous du réseau local que gère votre box, par exemple en téléphonant en appel wifi. Par ailleurs, les fichiers de votre ordinateur ne sont peut-être accessibles ou modifiables que par vous vous-même… Beau mélange !

 

Étendues des réseaux

Un réseau est constitué soit d’un serveur et de postes de travail « clients » qui lui sont connectés, soit de postes qui sont à la fois clients et serveurs (peer-to-peer). C’est l’architecture client-serveur qui offre les meilleures garanties de fonctionnement et de sécurité ; au-delà d’une dizaine de postes de travail c’est la seule solution envisageable.

Le réseau peut être global et public (Internet), distant et privé (par exemple pour supporter l’intranet d’une société ayant des implantations sur des zones géographiques distinctes), ou local (on parle alors de LAN pour Local Area Network). Un réseau local s’étend sur une zone géographique limitée (de quelques mètres à quelques kilomètres).

Ainsi une organisation peut publier certaines informations sur Internet, c’est-à-dire en accès libre pour toute la planète, d’autres sur un extranet destiné à diverses parties prenantes (clients, fournisseurs, personnel…), des informations plus confidentielles sur un intranet auquel seuls les membres de l’organisation ont accès et, au niveau le plus fin, gérer un LAN par service.

 

Pourquoi un réseau ?

Le partage de ressources : un réseau permet à plusieurs utilisateurs d’utiliser un même périphérique : accès à Internet, imprimante, lecteur… Inconvénient : tout le monde ne peut avoir accès à la ressource en même temps. Qui n’a jamais dû patienter pour disposer de l’imprimante parce qu’un collègue a lancé une impression interminable ?

Le partage de fichiers : il est très différent de partager un fichier en réseau ou simplement de le transmettre par e-mail, clé USB, messagerie interne ou autre. Dans ces derniers cas, le destinataire reçoit une copie et, s’il apporte des corrections, l’original reste identique. Au contraire, un fichier en réseau est unique. Il peut être modifié par un destinataire et, avec certains logiciels, il peut être possible de récupérer les anciennes versions et de savoir qui a apporté des corrections. Si vos fichiers sont disponibles sur le réseau et si vous souhaitez que personne n’y touche, il faut leur affecter un mot de passe. Le travail collaboratif est basé sur le partage de fichiers.

Le stockage de données : il ne s’agit pas ici de partage mais de stockage à distance, soit sur un serveur soit sur le cloud. C’est une solution financièrement avantageuse et mieux sécurisée que si chacun gère son stockage sur son propre disque dur. Bien sûr, ce n’est pas réservé aux entreprises ; à titre personnel, vous pouvez très bien conserver votre play-list ou vos photos de famille sur OneDrive ou sur les serveurs de votre fournisseur d’accès à Internet…

Le partage de programmes : plusieurs postes de travail peuvent avoir accès à un même logiciel, qui n’a donc pas besoin d’être installé sur chaque poste. Mais s’il n’existe qu’un seul exemplaire du logiciel installé sur le serveur d’un LAN, son utilisation peut s’avérer laborieuse. Les principaux éditeurs proposent l’accès de leurs produits en ligne (cloud computing). Ces derniers ne sont plus achetés mais loués et le client n’a pas à se préoccuper des mises à jour.

La communication : la messagerie interne et la visioconférence transitent par le réseau local. L’intranet permet aussi la diffusion d’un blog d’entreprise.

La sécurité : Le fait que des sauvegardes soient réalisées périodiquement est un élément de sécurité. Les droits d’accès empêchent aussi certaines intrusions : chaque utilisateur habilité possède un identifiant (login) et un mot de passe. La plupart du temps il fait partie d’un groupe, c’est-à-dire un ensemble de personnes qui partagent les mêmes fichiers et les mêmes logiciels. En revanche, un réseau connecté à Internet peut être la proie de pirates alors qu’un ordinateur déconnecté de tout ne risque rien...

 

Technologies

En milieu professionnel, les réseaux sont souvent filaires : des câbles utilisant la technologie Ethernet relient les appareils entre eux. S’il existe un serveur dédié, un switch permet de distribuer les ressources entre les postes de travail.

Le réseau peut être sans fil. La wifi utilise les ondes radio reçues par des cartes réseau munies d’une antenne. Le Bluetooth est une autre technologie sans fil mais réservé à des appareils physiquement très proches.

Enfin, le support peut être le circuit électrique grâce à des adaptateurs CPL (Courants Porteurs en Ligne).

Dans l’ordinateur, c’est la carte réseau qui a la rude tâche de préparer les données à envoyer et à lire celles qui arrivent. Chaque carte a une unique adresse MAC (Media Access Control) qui lui permet d’être reconnue par les autres matériels du réseau.

L’architecture technique est la façon dont le réseau est organisé (matériels et logiciels).

 

Protocoles

Pour que deux individus communiquent, ils doivent respecter certaines règles (langue, grammaire, registre…). Il en est de même pour que deux appareils informatiques échangent des informations. On parle alors de protocole.

Les protocoles sont des langages spécialisés. Celui qui a été développé pour le web est le http (Hypertext Transfert Protocol). La version sécurisée est le https qui englobe le http et une couche de chiffrement. D’autres protocoles sont dévolus aux échanges de données, à la messagerie, etc.  Tous les protocoles employés par Internet font partie de la suite TCP/IP (Transmission Control Protocol / Internet Protocol).

Chaque ordinateur et chaque réseau possèdent une adresse IP (quatre nombres de 0 à 255) qui les identifie sur Internet.

 

L’administrateur réseau et ses outils

En principe, quelqu’un est responsable du Système d'information en réseau : l’administrateur. Il veille à ce que les nouvelles recrues puissent y accéder (en leur affectant un ID utilisateur, c’est-à-dire un nom qui sera admis par le réseau) et supprime les comptes des ex-utilisateurs, mais il veille aussi à ce qu’il reste suffisamment de place sur le disque dur du serveur, que les sauvegardes soient réalisées, que les règles de sécurité soient respectées…

Les droits d’accès sont gérés par l’administrateur réseau. Un utilisateur peut appartenir à un groupe et n’avoir certains accès qu’à certains documents disponibles pour ce groupe. Par exemple, dans une entreprise tous les utilisateurs peuvent avoir accès à la messagerie interne mais les comptables n’ont pas accès aux fichiers de la DRH et inversement.

Les outils logiciels pour serveurs permettent de paramétrer à peu près tout. Windows Server est peut-être le plus connu. Vous en trouverez d’autres ici :

https://www.numelion.com/meilleurs-serveurs-web-local-windows.html
https://www.zdnet.fr/telecharger/logiciel/apache-http-server-linux-11010657s.htm
https://www.apple.com/fr/macos/server/

L’administrateur réseau est prié de ne pas perdre son mot de passe.