Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

Les modes de production

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modes de production, externalisation, enjeux de la qualité

Si les activités humaines ont généré d’innombrables produits, elles se sont aussi traduites par une très grande variété de modes de fabrication. Rassurez-vous, nous n’en ferons pas la liste. Nous aborderons juste les principaux modes de production, y compris le choix de l’externalisation. Puis nous évoquerons les enjeux de la démarche qualité.

Le processus de production

Les biens et services sont des produits qui répondent à des besoins plus ou moins affirmés. Leur production mobilise des ressources humaines, matérielles et financières en proportions très variables.

Les biens sont les productions des secteurs primaire et secondaire tandis que les services sont les productions du secteur tertiaire.

Une filière met souvent en jeu un ensemble d’activités. Prenons un exemple très simple. Un maraîcher produit des abricots (secteur primaire). Ceux-ci sont transformés en confiture par ajout de sucre et cuisson (secteur industriel ou secondaire). Après conditionnement en bocaux, on obtient un produit fini. En effet, l’industrie transforme des matières premières en produits semi-finis puis en produits finis. Ceux-ci sont stockés puis expédiés chez des détaillants pour être vendus aux consommateurs, faisant leur entrée dans le secteur tertiaire (le commerce, en l’occurrence).

Un service réclame souvent la participation du consommateur à la production. Exemple : un chirurgien a besoin que son patient soit présent pour l’opérer.

Une production est marchande si elle doit dégager un profit et non marchande si elle est issue d’organisations publiques ou d’associations.

Les modes de production

On distingue la production unitaire de la production standardisée. Cette typologie existe aussi bien pour les biens que pour les services. La production standardisée existe sous deux formes : discontinue et en continu, c’est-à-dire dont le flux ne s’arrête pas de la journée (électricité, sidérurgie, etc.). Ce sont des contraintes techniques, et souvent l’utilisation de fours, qui imposent la continuité d’une production.

La production discontinue s’est développée avec le fordisme et elle fournit la plupart des objets de notre vie quotidienne. On parle aussi de production en séries ou par lots. Bien que nécessitant souvent des investissements importants, un tel mode de production permet de réduire fortement les coûts.

Quant à la production unitaire, elle est liée au bâtiment (construction d’un pont, d’un immeuble...) ou encore à l’artisanat, à la construction navale, à l’art... Les secteurs d’activité concernés sont donc hétéroclites. On parle aussi de production à la commande, c’est-à-dire personnalisée. Mais la production sur commande n’est pas tout à fait synonyme de production unitaire puisque des objets artisanaux uniques ou des œuvres d’art peuvent être réalisés sans avoir été commandés par un client.

artisanat

Ces distinctions ne s'appliquent pas qu'à l'industrie. On peut aussi choisir des exemples dans le secteur primaire : l’élevage de purs-sangs est une production unitaire, la culture de betteraves sucrières s’apparente à une production en série tandis que l’extraction pétrolière est continue. Dans le secteur tertiaire, on peut considérer qu’un trajet en taxi est une production unitaire puisqu’il s’agit de sur-mesure tandis qu’un trajet en bus se rapproche de la série. Enfin, la mise à disposition d’autoroutes ou de voies ferrées est un service continu.

Le mode de production d’une entreprise dépend des ressources dont elle dispose, des contraintes techniques et de décisions stratégiques.

Le pilotage d’une production industrielle n’est pas le même selon que le moteur est à l’avant ou à l’arrière. Entendez par-là que le niveau de production peut être décidé en amont sur la base de prévisions de ventes, et l’on parle de flux poussés, ou au contraire être imposé par le rythme des commandes des clients auquel cas on parle de flux tirés. Des stocks existent à chaque stade de la production. Mais ils sont toujours trop coûteux. Un pilotage par l’aval combiné à une disparition des stocks est qualifié de flux tendu (ou organisation en juste-à-temps). Une étape de production n’est déclenchée que lorsque la suivante est assurée d’être écoulée. Lorsqu’une production est réalisée à la commande, il n’existe en principe pas de phase de stockage.

Le mode de production n’est pas figé. Il s’adapte à l’environnement, aux mutations technologiques… Sur le long terme, il doit aussi accompagner les évolutions de la société. Globalement, une génération n’accepte guère de travailler dans les mêmes conditions que la génération précédente. Actuellement, les entreprises cherchent d’une part la flexibilité de l’appareil productif, c’est-à-dire des machines ou des salariés relativement polyvalents et d’autre part l’externalisation qui se traduit en principe par des coûts moins élevés.

L’externalisation

L’externalisation de la production consiste à confier une partie de l’activité à un ou plusieurs sous-traitants. Là encore, décomposons.

Le sous-traitant de capacité est celui qui produit la même chose que l’entreprise donneur d’ordres, soit lors d’évènements particuliers (pannes ou périodes de forte demande) soit en complément habituel de l’activité normale. Le recours à ce type de sous-traitance a souvent pour but de produire à moindre coût.

Le sous-traitant de spécialité est celui qui possède un savoir-faire que n’a pas le donneur d’ordres.

D'autres formules d'externalisation existent. Le contrat de franchise ou de concession est très courant dans le commerce. Le parrainage est moins fréquent mais il se développe : une entreprise aide l'un de ses anciens salariés à développer une activité en rapport avec la sienne. Bien sûr elle ne le paie pas mais elle lui offre des facilités (par exemple en l'hébergeant dans ses propres locaux). Les sociétés de portage salarial permettent aux travailleurs indépendants de percevoir un salaire (essentiellement dans le conseil). À l'inverse, l'ubérisation qui se développe actuellement consiste à employer des particuliers sans aucun contrat de travail. Etc.

Cependant, l’externalisation n’est pas exempte de désagréments. Les ressources et la production sont souvent mal contrôlées. S’il existe des défauts de qualité, le donneur d’ordres en assumera les conséquences. De plus, un sous-traitant peut se retirer du circuit de production, soit pour des raisons financières (au pire, dépôt de bilan) soit pour obéir à un objectif stratégique (éviction du donneur d’ordres au bénéfice d’un autre, par exemple).

La démarche qualité

Souvent associée à une production unitaire ou en petite série, la qualité des produits doit pourtant être contrôlée, quelle que soit la forme de production. L’enjeu est double : éviter le coût des rebuts et satisfaire la clientèle.

Le contrôle fait souvent appel à des méthodes statistiques puisque dans les situations de production en grande série, seuls des échantillons sont contrôlés.

Enfin, la démarche qualité ne s’applique pas qu’aux produits. Elle concerne aussi le processus de production. Pour un service public, la démarche consiste à toujours mieux satisfaire les usagers.

 

travail à la chaîne

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés