L'idée de création d'entreprise

Logique entrepreneuriale

En France, les créations d’entreprises se sont accélérées depuis le milieu des années 90. Une création réussie n’est pourtant pas l’opération la plus simple qui soit. Elle réclame un environnement favorable et un processus de mise en œuvre plus ou moins long selon la législation du pays mais dont le point de départ reste toujours le même : une idée.

 

La création d’entreprise

La création d’entreprise est ici comprise au sens large : il peut s’agir d’une création proprement dite, c’est-à-dire la « mise en œuvre d’une nouvelle combinaison de facteurs de production avec pour restriction qu’aucune autre entreprise ne soit impliquée dans cet évènement » (définition de l’INSEE), mais aussi de la reprise d’une entreprise déjà existante ou encore de la réactivation d’une structure dont l’activité avait été mise en sommeil quelque temps.

 

Processus

Le processus de création d’entreprise comprend plusieurs étapes. La première d’entre elles est tout simplement l’émergence d’une idée (voir ci-dessous). Mais l'idée ne fait pas l'entrepreneur car d’autres étapes suivent : rédaction d’un business plan, choix du statut juridique…

On peut résumer ainsi le processus :

Idée \(\Rightarrow\) étude de marché \(\Rightarrow\) business plan \(\Rightarrow\) choix des moyens (matériels, financiers, humains et juridiques) \(\Rightarrow\) déclarations diverses \(\Rightarrow\) démarrage de l’activité (pour le meilleur et pour le pire !)

Si ces étapes peuvent être conduites par une seule personne, le développement de la structure créée repose nécessairement sur un engagement collectif.

 

Les principales sources d’idée

L’innovation

Les inventeurs suscitent toujours une certaine admiration. Mais il ne suffit pas d’avoir une idée géniale ou de construire un prototype. Il faut ensuite protéger son produit, le commercialiser et gérer sa production de façon à la rendre rentable et pérenne ! Si certains inventeurs ont fait fortune, d’autres se sont ruinés. Au dix-neuvième siècle, l’Américain Charles Goodyear inventa la vulcanisation du caoutchouc, parmi d’autres découvertes. Mais sa vie ne fut qu’une succession de déboires financiers. Plusieurs fois emprisonné pour non-remboursement de dettes, il a vu mourir de malnutrition six de ses enfants.

Il faut ici faire la distinction entre invention et innovation. L'invention est une découverte de toute nature qui devient innovation dès lors qu'elle fait l'objet d'une activité économique.

Celle-ci consiste souvent en un nouveau produit (exemples du vingt-et-unième siècle : la cigarette électronique, l’imprimante 3D, le wifi…). Ce peut aussi être une nouvelle forme de production ou d’organisation (l’ubérisation repose davantage sur un changement d’organisation que sur un produit nouveau). L’intégration de logiciels d’intelligence artificielle (IA) permet de plus en plus l’évolution de certains biens et services. D’ailleurs, l’IA elle-même est l’une des découvertes majeures de l’histoire de l’humanité.

En France, les particuliers peuvent présenter leurs inventions au concours Lépine, qui existe depuis 1901.

https://www.concours-lepine.com/

L’expérience

Ici, peu de créativité. C’est souvent un ancien salarié qui devient entrepreneur dans un secteur dont il maîtrise les aspects techniques, surtout s’il a pu se constituer un carnet d’adresses bien utile pour démarcher ses premiers clients et fournisseurs. De nombreux cabinets de consulting ont vu le jour ainsi.

L’expérience conduit aussi à reprendre des affaires familiales : commerces, exploitations agricoles, ateliers…

L’opportunité

Des organisations sont souvent créées pour satisfaire une nouvelle règlementation ou un besoin soudain.

Exemple : en 2020, de nombreuses entreprises se sont lancées dans de nouvelles fabrications pour satisfaire la demande liée au Covid-19. Ainsi des masques sont sortis d'ateliers de confection et des constructeurs de meubles ont produit des protections en plexiglas...

Une idée peut aussi venir de la conjonction d’une innovation et d’une opportunité. Les années 2010 ont été celles de l’émergence des drones à usage domestique et professionnel mais aussi du développement d’espèces invasives… d’où l’idée de détruire les nids de frelons asiatiques avec des drones.

L’observation

C’est juste en observant l'évolution d'un secteur d’activité qu’un entrepreneur peut décider de se lancer dans la course. Ce n’est pas lui qui a eu la bonne idée, mais il la copie !

C’est ainsi qu’un marché de niche devient un marché grand public, du moins si les consommateurs suivent. Par exemple, les années 2000 ont vu se développer les restaurants à sushis et les salles de sport.

Bien sûr, il arrive un moment où le marché devient saturé.

L’opportunité et l’observation ne réclament donc ni expérience ni créativité mais une bonne réactivité.

 

Jamais trop tard pour de bonnes idées

Il est tout de même fréquent qu’une idée initiale soit abandonnée plus ou moins progressivement au cours des premières années d’exploitation parce qu’une autre idée s’est imposée : un produit voisin qui correspond davantage aux attentes des consommateurs, l’incorporation d’une innovation technologique… De nombreux marchés ne reposent d’ailleurs que sur l’innovation permanente. Une voiture qui sortait des chaînes de montage il y a quelques années ne serait même plus homologuée aujourd’hui !

Exemple d’évolution : l’entrepreneur suédois Ingvar Kamprad créa son négoce de produits divers en 1943, appelé Ikea. Les premiers meubles, de facture classique, furent commercialisés en 1947. Ce n’est qu’en 1956 que Kamprad eut l’idée de livrer des meubles en kit, intuition géniale qui permit à son entreprise de se développer au-delà de toute espérance. À sa mort en 2018, Kamprad détenait la huitième fortune mondiale.

Vous souhaitez vous lancer et vous n’avez pas d’idée ? En voici quelques-unes…

https://www.planete-auto-entrepreneur.com/creer-votre-auto-entreprise/idees-dactivites/

https://www.creerentreprise.fr/monter-son-entreprise-idee/