Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

Les oscillateurs

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RSI, STO, ROC, momentum, oscillateur sur MM et MFI

À l’instar de l’OBV, les oscillateurs évaluent la PUISSANCE d’une hausse ou d’une baisse mais en se basant sur les PRIX d'un actif financier coté. Un peu comme la dérivée seconde d’une fonction, ils indiquent une décélération ou un emballement. Par exemple, une forte tendance baissière s’accompagne en principe de paliers de décompression (phases de consolidation). Mais en leur absence, on se trouve dans des situations de sur-achat ou de survente, mises en relief par les oscillateurs. Leur aide est également bienvenue lorsqu’il n’existe pas de tendance forte. Ces outils hyper réactifs, et même indicateurs avancés, sont plutôt employés pour des trades de court terme.

Les outils de l'analyse technique qui sont applicables aux évolutions de cours peuvent être utilisés sur les graphiques d’oscillateurs. Des oscillateurs d’oscillateurs sont également suivis…

Le MACD, qui n’est pas toujours considéré comme un oscillateur stricto sensu, est présenté sur une page ad hoc.

Le RSI (Relative Strength Index)

C’est le plus utilisé. Sur une période donnée (14 jours en version standard), on rapporte la moyenne des gains des séances haussières à la moyenne des valeurs absolues des pertes des séances baissières. On obtient le RS. Quant au RSI, il est égal à 100 – [100 (1 + RS)]. Il compare donc la moyenne des hausses à la moyenne des baisses.

On considère qu’il y a sur-achat au-dessus de 70 % et survente au-dessous de 30 %. Cet indicateur est descriptif et n’appelle pas un achat ou une vente de titres.

Observons à titre d’exemple l’action Renault, avec un RSI sur cinq jours (quatrième graphique, réalisé sur le site de Boursorama).

Exemple Renault

Les données des cinq dernières séances sont les suivantes :

5 dernières séances

NB : on ne retrouve pas exactement le RSI de 20,2954 calculé par l’algorithme de Boursorama avec la formule que j’ai indiquée car il existe une petite subtilité de calcul, la progression du jour n’ayant pas tout à fait la même pondération que les valeurs antérieures. L’écart serait toutefois minime sur un RSI de quatorze jours.

Le (ou la) stochastique (STO)

Compte tenu de sa définition, ce terme employé ici a de quoi désorienter un statisticien… De plus, les explications sont souvent contradictoires selon les ouvrages ou les sites web !

Il existe deux stochastiques, le rapide et le lent. Le rapide est constitué de deux courbes.

La première est poétiquement nommée %K. Elle utilise dans sa formule le dernier cours de clôture ainsi que les plus hauts et les plus bas sur une période que l’on se donne (habituellement  14 jours, parfois moins). La formule est simple : 100 × [(dernier cours de clôture – plus bas) / (plus haut – plus bas)]. Mais il varie trop pour être utilisé tel quel. Il sera plus digeste en long drink :

La seconde courbe répond au nom merveilleux de %D. C’est une moyenne mobile (MMA) du %K, sur cinq jours en version standard. Le %D est donc un %K « adouci »… Il se trouve en zone de sur-achat au-dessus de 80 et de survente au-dessous de 20.

Le stochastique lent, %DS, est la MMA3 de %D. Le croisement des courbes donne des signaux d’achat et de vente.

Enfin, il existe un stochastique spécifique pour le day trading.

Exemple du stochastique %D et %K sur le CAC 40 (source : Bloomberg)

stochastiques

Le ROC (Rate of Change)

Soit une période de n jours. Le ROC est égal au prix de clôture du jour j sur celui de j-n. Nombre de traders gardent le secret de fabrication de leurs ROC, pondérés par plusieurs valeurs de n.

Le momentum

Difficile de faire plus simple. La démarche est proche de celle du ROC. C’est le cours du jour moins le cours d’il y a n jours. En général, n = 10 séances.

L’oscillateur sur moyennes mobiles

C’est tout simplement le rapport de deux MM, souvent arithmétiques bien que toutes longueurs et tous types de MM peuvent être explorés. Le meilleur oscillateur pour un titre ne l’est pas forcément pour un autre. Bonne chance si vous espérez découvrir une formule magique !

Le MFI (Money Flow Index)

Prenant en compte prix et volumes, le MFI constitue un bon outil d’appoint pour valider une opinion établie sur le suivi des cours. C’est un RSI pondéré par les volumes. Vous pouvez apprécier ci-dessous une comparaison d’évolutions de RSI et de MFI à cinq jours (action AXA, graphiques Boursorama). Les volumes sont indiqués au-dessous.

Exemple Axa

Volumes

 

oscillateurs

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés