Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

L'analyse technique

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Introduction à l'analyse technique

Sur les marchés financiers, les évolutions des cours échappent aux techniques habituelles de prévision : toute tentative de modélisation pousserait au suicide le prévisionniste le plus aguerri. Néanmoins, il existe quelques techniques spécifiques, qui reposent moins sur des fondements mathématiques que sur l’empirisme. Et si une tendance se retourne à un moment donné, c’est peut-être justement parce que tout le monde l’a prévu à ce niveau de prix et agit en conséquence !

C’est une façon de voir les choses : pendant que des milliers de statisticiens s’acharnent à modéliser la réalité avec des théories mathématiquement démontrables, il existe un monde où c’est la réalité qui se cale plus ou moins sur des « modèles » simplement établis après de nombreuses années d'observations. Mais trêve d’épistémologie, voyons cela de plus près.

L'analyse technique étudie les mouvements des marchés financiers dans une problématique prévisionnelle. Elle combine l'approche graphique (à l'instar de la théorie des vagues d'Elliott) et l'étude d'indicateurs qui lui sont propres.

Elle est employée par les traders, professionnels ou amateurs. Si l'outil reste le même, les façons de l'utiliser diffèrent selon l'horizon du trade. Sur ce site, je n’évoque ni le day trading (positions soldées chaque fin de séance) ni le scalp trading (positions restées ouvertes entre 5 mn et quelques heures), n’ayant aucune compétence là-dessus.

Malgré la pléthore de livres sur le sujet, l’analyse technique n’a pas toujours bonne presse. Non seulement aucune base scientifique ne l'étaye mais surtout, lors des turbulences boursières qui sont précisément les moments les plus propices pour gagner rapidement de l’argent, il est courant que ces fameuses prévisions qui émanent d’avis super autorisés soient invalidées dans le quart d’heure qui suit leur publication (faites l’expérience de la comparaison si vous n’êtes pas d’accord avec moi). Cela dit, quel domaine d’activité permet de toujours faire face aux situations exceptionnelles ?

Les hypothèses

L’analyse technique repose principalement sur l’observation des GRAPHES d’évolution des prix et des volumes (l'analyse chartiste étant complétée par des outils statistiques). On fait l’hypothèse importante que les graphiques résument toute l’information passée, présente et FUTURE (du coup, certains estiment que l’analyse technique englobe la fondamentale), l’évolution passée des prix fournissant des indications sur leur comportement à venir. Ces informations sont un joyeux mélange de données micro et macroéconomiques anticipées, amplifiées par des réactions PSYCHOLOGIQUES plus ou moins prévisibles.

C'est justement là l'un des intérêts de l'analyse technique : elle ne fait pas l'hypothèse de rationalité. Alors que les émotions sont abondamment étudiées dans le cadre du marketing (voir page attitudes), elles sont très souvent absentes de la théorie financière comme d'ailleurs du courant de pensée économique néo-classique. Un individu se comporte-t-il humainement lorsqu'il consomme et se déshumanise-t-il dès qu'il désire investir ? Curieuse schizophrénie. Heureusement, l'analyse technique intègre les comportements irrationnels au lieu de les nier.

Par ailleurs, elle vise une certaine universalité, du moins dans le cadre boursier, puisque ses outils peuvent être employés pour les prix mais aussi pour les volumes, appliqués aux actions mais aussi aux produits dérivés, aux indices, aux taux d'intérêt, aux cours de change ou encore aux matières premières...

Règles principales

Les graphes obéissent à certaines règles. Deux d'entre elles sont un peu surprenantes : les prix sont suivis en monnaie constante (hors inflation) et les graphiques analysés sont le plus souvent présentés à l'aide d'un repère arithmétique (i. e. non logarithmique), ce qui peut prêter à la critique compte tenu de l’amplitude des variations : un CAC qui double entre 2 000 et 4 000 points montre le même écart que lorsqu’il augmente de 50 %, entre 4 000 et 6 000. D’autant qu’à mon avis, le NIVEAU des prix ne signifie plus grand chose et que la « variable à expliquer » est justement leur VARIATION...

Comme on le ferait avec des méthodes prédictives non boursières, une analyse complète débute par celle de la TENDANCE. Celle-ci est fonction du temps, propre à chaque valeur et pour une durée… imprévisible (jusque là, rien de particulier !). La tendance se cachant souvent derrière une succession de hausses et de baisses, les moyennes mobiles servent à la dévoiler. En tout état de cause, la règle numéro un consiste à investir dans le sens de la tendance, sauf lorsque certains signaux laissent présager un retournement. Ces signaux sont soit des figures chartistes, soit certains types de chandeliers japonais.

La vélocité d'une tendance est mesurée à l'aide d'outils particuliers, les oscillateurs.

L'étude des divers signaux chartistes (c'est-à-dire graphiques) constitue une part importante de l'analyse technique : triangles et diamants, têtes-épaules, doubles sommets, etc.

Conclusion

En définitive, l’analyse technique est surtout un outil de trade à court terme ou, pour parler crûment, de spéculation. Elle utilise les techniques quantitatives de façon empirique pour se construire un domaine particulier, non scientifique mais suffisamment valide (un statisticien dirait « robuste ») pour être de plus en plus utilisée. Mais ne nous y trompons pas. L’analyse technique, c’est comme les échecs : on ne devient pas un champion en deux mois.

Petite remarque : j’ai considéré qu’à l’exception des moyennes mobiles, l’analyse technique n’était employée que dans le cadre précis de la bourse (présentation en page verte comme toute technique non transversale). Toutefois, certains de ses outils semblent de plus en plus utilisés en macroéconomie (Cf. l’Analyse technique, théorie et méthodes. T. Béchu, E. Bertrand, J. Nebenzahl. Economica 2008 p. 443 et suiv.).

Pour en savoir plus…

http://www.afate.com/

http://www.waldata.fr/analysetechnique/bibliotheque/index.asp

http://www.annuat.com/

 

bar chart de l'ère secondaire

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés