Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

Les triangles

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Triangles et diamants (figures chartistes)

Vous qui observez les évolutions de prix d'actions ou de points d'indices boursiers dans une optique d'analyse technique, bienvenue chez la famille Triangle. Une famille avec laquelle vous pourrez travailler efficacement à condition de bien la connaître. En effet, ses membres pourraient faire preuve de fourberie si jamais vous les brusquez en montrant un empressement incorrect.

Cousines des biseaux, ces figures chartistes sont de deux ordres : les triangles rectangles et les symétriques. Ils trahissent une hésitation ambiante.

Les triangles rectangles sont davantage prisés car plus fiables. Le début de la figure est constitué d’un mouvement rapide et significatif, à la hausse ou à la baisse. L’angle droit se situera en haut si le triangle est ascendant et en bas s’il est descendant.

Le triangle ascendant

Une résistance empêche les prix de monter au-delà d’un certain niveau. Dans le même temps, l’amplitude des variations de prix diminue. Ceci dessine donc un triangle rectangle dont l’hypoténuse est en bas.

Pour que la figure soit homologuée, les volumes doivent diminuer, puis augmenter dès que les prix s’échappent du triangle par le haut. De plus, cette sortie doit s’effectuer avant les trois quarts de la longueur.

Ci-dessous, le figure tracée par les prix de l’action Vivendi est intéressante : la sortie se fait logiquement par le haut dans des volumes corrects mais ensuite ceux-ci diminuent fortement, montrant la fragilité de la tendance haussière (graphes ci-dessous : source Boursorama, colorés sur PhotoImpact).

triangle Vivendi

Le triangle descendant

Inversement, les prix rebondissent sur un support horizontal, les chandeliers dessinant un triangle rectangle. Dès lors, on s’attend à ce que le support soit rompu mais pas nécessairement dans de forts volumes avant que les prix aient rebondi sur les trois quarts de la figure.

Exemple (Casino-Guichard en 2008) :

triangle Casino

Cette évolution du DAX montre toutefois que des exceptions sont à craindre :

triangle DAX

Le triangle symétrique

Celui-ci est un triangle isocèle, qui débute par une grande chandelle ou tout autre mouvement rapide et se poursuit avec des prix qui évoluent joyeusement entre deux segments de droites de pentes inverses.

Pendant ce temps, les volumes décroissent. Avant d’atteindre le dernier quart du triangle, les prix sortent de la figure (dans des volumes importants, surtout si la sortie se fait par le haut) et, du même coup, la valident.

Au-delà du troisième quart, trop tard ! Il y a de fortes présomptions pour que le graphique des prix ressemble à une mer d'huile.

Les triangles symétriques sont imprévisibles. Dans une petite majorité des cas, les prix en sortent en poursuivant leur tendance.

L’objectif habituellement visé après la sortie du triangle est le report de la hauteur observée au début de la figure.

Le diamant

Ce cousin des triangles n'apparaît pas très souvent. Un diamant se présente sous forme de losange. C'est souvent une figure de retournement mais ce n'est pas le cas ci-dessous (évolution du CAC 40 prise sur boursier.com puis enrichie d'un diamant sur Word).

diamant

 

clown

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés