Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

Les chandeliers japonais

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Graphiques de cours de bourse

Des bougies pour y voir plus clair, quoi de plus naturel ? Sauf que celles-ci éclairent les cours de bourse. Vous avez dit bizarre ?

Les graphiques de prix ne sont pas seulement illustratifs, comme le sont la plupart des graphiques statistiques. Ils constituent souvent l’outil principal de l’analyse, du moins lorsqu’on procède à une analyse technique. Les trois formes graphiques les plus utilisées sont alors les suivantes :

Primo, les cours de clôture (d'un indice, d'une action, d'un produit dérivé..). C’est une simple courbe, sans particularité, plutôt utilisée sur de longues périodes. Exemple ci-dessous (CAC 40, source Boursorama).

cours de clôture

Secundo, les bar charts, ou bâtonnets. Ils fournissent trois informations supplémentaires : le cours d’ouverture, le plus haut et le plus bas. Un bâtonnet par période avec deux petits traits horizontaux, l’un à gauche pour l’ouverture et l’autre à droite pour la clôture. Même exemple que précédemment :

bar chart

Tertio, les chandeliers japonais (candlesticks), plus souvent appelés bougies et qui constituent une version améliorée des bâtonnets, sans toutefois contenir d'information supplémentaire. La présentation, très claire, permet des analyses plus aisées. Les prix d’ouverture et de clôture sont rejoints par un trait plus épais (le corps) qui est vert (ou blanc) si le cours de clôture est supérieur à l'ouverture et rouge (ou noir) s’il est inférieur. Si vous voyagez en Chine, sachez que là-bas ce sont les hausses qui sont en rouge et les baisses en vert. Le trait qui dépasse le corps de part et d’autre est appelé l’ombre (ou la mèche).

Si nous reprenons notre exemple, les mêmes observations conduisent au graphique suivant :

chandeliers

S’il existe une quinzaine de types de chandelles (dont les noms sont un joyeux mélange d’anglais et de japonais), ce sont surtout les figures que composent une suite de bougies qui laissent prévoir des poursuites ou des retournements de tendance.

Lorsque les cours d’ouverture et de clôture sont égaux ou très voisins, le corps de la bougie est inexistant ou presque. Nous sommes en présence d’un doji. L'ombre peut être importante (voir le 4 décembre sur la graphique ci-dessus) ou minuscule (voir le 28 décembre)...

Si la bougie est verte (période haussière), on parle d’un yang et lorsqu’elle est rouge, il s’agit d’un yin.

Excel 2007 permet de réaliser ce type de graphe (peu de changement avec Excel 2013). On présente les valeurs dans l’ordre suivant : ouverture, maxi, mini, clôture. Curieusement, par défaut, on entre la liste des valeurs en ligne et non en colonnes. Sans programmation particulière, on ne bénéficie pas des couleurs rouge ou vert. Illustration (chiffres fictifs) :

chandeliers sur Excel

 

japonaise

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés