Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

Les sondages par choix raisonné

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quotas et autres sondages non aléatoires

Le hasard a un défaut : il est hasardeux. Alors, non contents de le mesurer, les statisticiens ont décidé de le domestiquer.

Comment ? En travaillant sur des échantillons dont la composition est plus ou moins forcée.

Pourquoi ? La possibilité n’est pas toujours offerte d’extraire un échantillon aléatoire d’une population-mère, notamment quand on a des difficultés à localiser les individus. Et même lorsque le sondage aléatoire est envisageable, on n’est pas insensible à quelques menus avantages tels un coût réduit, la rapidité, l’absence de base de sondage et une meilleure précision si l’échantillon est petit. Le principal inconvénient est l’impossibilité d’utiliser bon nombre de techniques statistiques et notamment les intervalles de confiance.

Alors, lorsqu’on doit mener une enquête, en particulier pour les études de marché, on ruse…

Que le sondage soit aléatoire ou par choix raisonné, on définit d’abord la population-mère et la taille de l’échantillon. Dans la cadre du choix raisonné, on détermine aussi la représentativité de cet échantillon. Une technique souvent utilisée est la méthode des quotas.

Les quotas

Cette méthode repose sur l’hypothèse de corrélation entre différentes caractéristiques d’une population mère, hypothèse qui a pu être validée lors d’une précédente étude (test d’indépendance du khi², matrice des corrélations…).

Les caractères retenus sont appelés variables de contrôle. Il faut connaître leurs distributions dans la population-mère pour les reproduire dans l’échantillon. Par ailleurs, elles doivent être facilement vérifiables par l’enquêteur (ce qui exclut le revenu comme choix de variable de contrôle !). La tranche d’âge, le sexe, la CSP, la région et la taille de la commune servent souvent à établir les quotas d’individus. Les variables de contrôle utilisées sur un échantillon de points de vente seront l’activité, le nombre de salariés, la taille de la commune…

Exemple : population-mère composée à 51 % de femmes et à 20 % d’habitants de villes de plus de 20 000 habitants, échantillon de 800 individus : l’enquêteur interrogera 800 × 0,51 × 0,2 = 82 citadines.

Le problème, c’est que l’on n’est jamais certain de la représentativité de l’échantillon, une liaison entre l'objet de l'enquête et une caractéristique pouvant passer inaperçue...

Exemple de grille. L'enquêteur a déjà interviewé sept personnes sur vingt.

fiche d'enquête

Autres exemples de sondages par choix raisonné 

L’échantillon de convenance : pratique et bon marché, cet échantillon n'est pas statistiquement représentatif, avec tous les risques que cela comporte. Utilisé pour des études exploratoires, ce type d’échantillonnage n’est pas recommandé pour induire des conclusion sur l’ensemble d'une population. Les enquêtes en sortie de lieu fermé (aux caisses des supermarchés…) s’apparentent à ce type de sondage.

La méthode des itinéraires (ou méthode de Politz) : un itinéraire est ici imposé à l’enquêteur. Elle évite la tentation d’aller au plus simple en interrogeant trop de répondants au même endroit, ce qui peut être source de biais. Mais elle reste difficile à appliquer, surtout si est combinée à une méthode des quotas.

L’échantillon boule de neige : pour connaître une population très spécifique, on peut utiliser le parrainage ou, d’une manière générale, les amis ou collègues des répondants. Également utilisé dans le B to B. Bon marché mais il ne faut pas être pressé…

Le panel est un échantillon permanent, constitué par quotas ou de façon aléatoire stratifiée.

 

enquêteur

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés