Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

L'instruction conditionnelle

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Introduction à l'instruction conditionnelle sur TI

Dans le cadre d’une introduction à l’algorithmique telle qu’elle peut être dispensée dans un cours de maths de seconde, l’un des premiers types d’instructions à découvrir est la condition. Son principe est très simple.

En effet, certaines actions ne doivent être effectuées que sous certaines conditions. L’algorithme comporte alors deux instructions (ou deux suites d’instructions) : celle qui doit être effectuée si la condition est remplie et celle qui doit l’être dans le cas contraire.

Il n’est pas difficile de trouver des exemples dans la vie courante. Lorsqu’on tente de réaliser une opération avec une calculatrice, soit elle est possible et elle est exécutée, soit elle est impossible (division par 0…) et un message d’erreur s’affiche. Lorsqu’on met le contact pour démarrer une voiture disposant d’un système électronique, les feux de croisement ne s’allument automatiquement que si l’environnement est suffisamment sombre. Etc.

En langage naturel, une condition peut se formuler ainsi : « si… alors… sinon… ». En anglais et dans plusieurs langages de programmation : « if… then… else… ». Éventuellement, une instruction de fin de condition est ajoutée.

Exemple : la valeur absolue

Un exemple simple d’algorithme est celui qui donne la valeur absolue d’un nombre. Celui-ci est saisi sur le clavier. S’il est positif, ce même nombre s’affiche à l’écran. S’il est négatif, c’est son opposé qui apparaît. Avec une calculatrice programmable, même un algorithme aussi simple que celui-ci peut être conçu de différentes façons.

En langage naturel, on peut imaginer quelque chose de basique comme…

Variable X est un réel
Entrée saisir X
Traitement et Sortie
Si X < 0
  Alors afficher X
  Sinon afficher -X
Fin si

Bien sûr, on peut préférer la condition X > 0 puis inverser les instructions ou remplacer -X par × (-1). Notez qu’il est indifférent d’utiliser une inégalité stricte ou large puisque 0 × (-1) = 0.

Avec une TI…

Avec une calculatrice TI-83, on peut là aussi écrire le programme de différentes façons. Voici une suggestion :

programme

Notez que certaines lignes ne sont présentées que par pédagogie car il n’est pas obligatoire de structurer le programme avec if… then… else (voir plus bas).

Comment créer ce programme ?

Le nôtre sera nommé VALABS. L’étape qui permet de créer et de nommer un programme est décrite en page initiation à la programmation sur TI. Le mode d’emploi qui suit commence à la ligne If

Avec la touche prgm, on accède directement aux instructions de contrôle parmi lesquelles If, Then et Else.

if

Le symbole < se trouve grâce à la touche tests (2nde et math). La ligne Then n’offre aucune difficulté. Pour la suivante, pensez à utiliser le signe (-) qui se trouve en bas de la calculatrice. La flèche est obtenue par la touche sto (stockage). End se trouve aussi dans les instructions de contrôle (choix 7, voir ilustration ci-dessus). Il faut en effet indiquer que la condition est terminée. Puis l’algorithme affiche X (Disp avec le sous-menu E/S).

Sortez à présent du mode d’édition pour lancer VALABS.

lancement

L’écran suivant s’affiche :

prgmVALABS

Lorsque vous appuyez sur la touche entrée, c’est un point d’interrogation qui apparaît puisque l’instruction d’entrée est Prompt.

X=?

Entrez une valeur, par exemple -3, et vous obtenez sa valeur absolue, c’est-à-dire 3.

résultat 3

Programme bis

Pour obtenir une valeur absolue, un programme plus court convenait (Else s'avérant inutile puisque le programme affiche la valeur d’entrée si X est positif). Autre différence, des messages s'affichent en entrée et en sortie.

programme

Avec une Casio

Voir la page programmation sur Casio.

 

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés