Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

Une initiation à l'élasticité

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Initiation aux élasticités prix et revenu

L’élasticité est un outil qu’il faut connaître pour comprendre les conséquences de mesures économiques. Cette page présente une initiation pouvant appuyer un cours de SES pour une classe de seconde ou de première ES. D’autres pages de ce site traitent de ce sujet, mais pour des niveaux d’étude supérieurs : élasticité (avec fonctions mathématiques), élasticité-prix et exercice de pricing (dans une problématique de marketing) et levier opérationnel (notion de gestion : élasticité du résultat par rapport au chiffre d’affaires).

Définition : « l’élasticité est un coefficient mesurant la réaction d’une variable (offre ou demande par exemple) à la variation d’une autre variable (prix ou revenu par exemple) » (Dictionnaire de sciences économiques et sociales, d’Agostino, Deubel, Leverbe, Montoussé & Renouad, Bréal 2012). Dans cet ouvrage, l’élasticité est formalisée ainsi :

élasticité

Expliquons d’abord cette autre notion, celle de variation relative ; elle n’est pas familière aux élèves de seconde.

Supposons que X gagne 1 000 € par mois. Comble de bonheur, il est augmenté de 500 €. Donc, pourcentage d’augmentation : +50 %. Grâce à cette forte hausse, X modifie très sensiblement la structure de sa consommation (par exemple il dépense autant pour l’alimentation mais davantage pour ses loisirs ; donc la proportion de l’alimentation dans sa dépense totale diminue). Quant à Y, il gagne 10 000 € par mois. Lui aussi est augmenté de 500 €. La variation ABSOLUE de son revenu est donc la même que celle de X. Mais sa variation RELATIVE est différente : +5 % (ce qui est déjà beaucoup par les temps qui courent !) et la structure de sa consommation ne sera pas trop bouleversée.

En économie, on a l’habitude de noter une variation avec la lettre grecque delta (Δ). Si par exemple on note R la rémunération, nous avons dans cet exemple ΔR = 500. Il n’est pas indispensable de le savoir pour comprendre ce qu’est l’élasticité mais cette notation permet d’écrire plus simplement les formules.

Deux élasticités figurent au programme de seconde.

La première est l’élasticité-prix. Elle mesure la modification d’une demande d’un bien ou service (effet) par rapport à celle d’un prix (cause).

élasticité-prix

La seconde est l’élasticité-revenu. Elle permet d’établir dans quelle mesure une demande (effet) est sensible aux variations du revenu (cause).

élasticité-revenu

Si la cause et l’effet varient dans le même sens, l’élasticité est positive. C’est généralement le cas de l’élasticité revenu (on consomme d’avantage un bien lorsqu’on est plus riche) tandis que l’élasticité-prix est le plus souvent négative (on consomme moins un bien lorsque son prix augmente).

Si l’élasticité-revenu est supérieure à 1 (numérateur supérieur au dénominateur), cela signifie que lorsque le revenu augmente de 1 %, la demande progresse davantage (santé, loisirs…), on parle de bien supérieur. Entre 0 et 1, le bien est normal (viande, presse…). En-dessous de 0, il s’agit de bien inférieur, moins consommé lorsque le revenu augmente (exemple d’un banal vin de table).

Même principe pour l’élasticité-prix : lorsqu’elle est proche de 0, donc faible, cela signifie que même si le prix augmente assez fortement, les consommateurs restent « captifs » (exemple du gaz). Le produit est inélastique. En-deçà de -1, les consommateurs sont très sensibles : si l’entreprise augmente le prix du produit de 1 %, la quantité vendue diminue de plus de 1 %. Exceptionnellement, une élasticité-prix est positive : plus le produit est cher et plus il est demandé. Cette situation paradoxale s’observe dans le secteur du luxe (effet Veblen).

Une autre exception est connue sous l’expression d’effet Giffen. Une hausse du prix d’un bien de première nécessité se traduit chez les plus pauvres par une hausse de la demande de ce bien. En effet, ayant moins d’argent pour s’offrir d’autres biens, ils doivent se rabattre sur le produit… qui a augmenté. C’est malheureusement ce qui peut être constaté dans certains pays : après une hausse du prix du riz, il devient presque impossible de s’acheter du poisson, ce qui oblige la population à ne manger que du riz.

L’élasticité-prix fait l’objet de statistiques de la part de l’INSEE. Les entreprises cherchent aussi à connaître l’élasticité-prix de leurs produits en conduisant des études de marché. Ceci les aide à établir leur pricing, c’est-à-dire à fixer leurs prix de vente.

Soit dit en passant, l’élasticité-prix fait régulièrement l’objet d’exercices de maths en première et surtout en terminale ES.

Note : il existe hélas une ambiguïté dans les définitions d’élasticités. En toute rigueur, la demande est exprimée en VOLUME (donc, en quantités). C’est le cas dans les études marketing et dans les statistiques de l’INSEE. Or, dans certains manuels de lycée, il s’agit d’un budget (donc, de l’argent). Cette confusion est particulièrement fâcheuse pour l’élasticité-prix puisque l’évolution d’un même prix se retrouve ainsi au numérateur ET au dénominateur ! En revanche, elle est défendable pour l’élasticité-revenu. Ainsi, dans l’exercice 1 ci-dessous, c’est forcément un BUDGET voyages qui peut être rapporté au revenu du ménage et non un nombre de voyages.

Exercice 1 (élasticité-revenu)

Le revenu disponible d’un couple d’extra-terrestres a augmenté cette année de 15 %. L’an dernier, ils avaient dépensé 100 dollars martiens (dm) en méthane radioactif, 500 dm en huile de vidange et 4 000 dm en voyages intergalactiques. Grâce à leur meilleure situation financière, ils ont pu cette année dépenser 110 dm en méthane, 450 dm en huile et 5 000 dm en voyages. Que peut-on en conclure ?

Exercice 2 (élasticité-prix)

Début janvier 2009, le prix du gazole était de 95 cts le litre. Début janvier 2014, il s’établissait à 1,34 €. En 2009, Machin utilisait 50 litres de gazole par mois. Sans avoir changé de voiture, il ne consomme plus que 35 litres.

Quelle est l’élasticité-prix du carburant pour Machin ?

Corrigé 1

Il faut calculer les trois pourcentages d’évolution (voir le cours maths). Pour le méthane, on obtient :

taux d'augmentation

De même, on trouve -0,1 pour l’huile et +0,25 pour les voyages.

Par conséquent, l’élasticité-revenu s’établit à 0,1 / 0,15, soit 0,67 pour le méthane. Il s’agit d’un bien normal. Celle de l’huile est négative : -0,1 / 0,15 = -0,67. Nous en concluons que sur cette planète l’huile de vidange est un bien inférieur. Enfin, l’élasticité-revenu des voyages s’élève à 0,25 / 0,15, c’est-à-dire à 1,67. C’est un bien supérieur.

Corrigé 2

élasticité-prix

 

élastiques

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés