Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

Les abréviations et symboles

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abréviations usuelles et personnelles

Elles sont bien commodes, ces abréviations ! Bien sûr, nous n’allons pas en faire la liste mais seulement balayer quelques utilisations courantes en entreprise.

Une abréviation est le raccourcissement d’un mot ou d’un ensemble de mots. Dans ce dernier cas, il s’agit d’un sigle (exemple : SNCF pour Société Nationale des Chemins de fer Français). Si le sigle se prononce comme un mot, on parle plutôt d’acronyme (exemple : FIAT pour Fabbrica Italiana Automobili Torino).

L'intérêt des abréviations est la simplification, aussi bien de la lecture que de l'écriture.

Classons-les en deux catégories. D’abord celles qui sont en principe connues par la plupart des lecteurs, qui servent à alléger un texte ou un discours. Les sigles en font généralement partie. L’autre type d’abréviation, qui n’existe qu’à l’écrit, est propre à une personne qui sera souvent la seule à se relire. Le but de l’opération est de gagner du temps pendant une prise de notes. Dans cette situation, chacun adopte librement la façon de transcrire les mots comme il souhaite.

Les abréviations conventionnelles

Certains mots s’abrègent en une ou plusieurs lettres. Ils ont parfois leur entrée dans le dictionnaire tant cette pratique est entrée dans les mœurs (resto, ciné…). Ils relèvent souvent du registre familier.

Pour soigner un écrit professionnel qui comporte des abréviations, il faut tout de même connaître quelques subtilités.

Si l’abréviation comporte la dernière lettre du mot abrégé, il ne faut pas de point à la fin. Dans le cas contraire, il en faut un (exemples : St pour Saint mais art. pour article). Ceci ne vaut pas pour les abréviations de mesures (km pour kilomètre). Notez le point abréviatif à la fin de art. qui ne s'emploie qu'après les consonnes. Ainsi le téléphone s'abrège en Tél. : xx xx...

Un même mot n’est pas toujours abrégé de la même façon (mais il doit l'être dans un même document). Le cas le plus courant est celui de monsieur. En principe, l’abréviation est M. mais on trouve parfois, y compris dans des manuels de secrétariat, Mr. Il est toutefois préférable de réserver Mr à mister. Les autres titres de civilité sont, pour les plus courants, Mme (ou Mme) pour madame, Mlle (ou Mlle) pour mademoiselle, Me (ou Me) pour maître et Dr (ou Dr) pour docteur. Mentionnons aussi MM. (messieurs), Dir. (directeur)... On rencontre de moins en moins les lettres en exposant.

Les adjectifs ordinaux sont écrits en combinant des chiffres et des lettres (1er pour premier). Notez que les lettres sont cette fois-ci toujours mises en exposant. D’ailleurs, le traitement de texte s’en charge si vous ne le faites pas.

Les chiffres romains sont réservés aux siècles (en petites capitales), aux numéros dans les dynasties, aux tomes et chapitres, aux arrondissements...

Les abréviations sont couramment utilisées dans les adresses (Av. pour avenue, Bd pour boulevard…).

Les sigles sont extrêmement nombreux et sont souvent propres à un domaine particulier. Championne toutes catégories, l’Éducation nationale semble en inventer des dizaines chaque jour ! Là aussi, il existe quelques règles à connaître.

Le fait de placer des points entre les lettres d’un sigle tombe en désuétude, surtout lorsqu’il s’agit d’acronymes.

Plusieurs expressions peuvent être abrégées par le même sigle. Le contexte ne doit toutefois pas laisser planer d’ambiguïté. Ainsi, si vous faites des études de commerce, vous pouvez utiliser la même abréviation VA pour valeur ajoutée dans un cours de comptabilité, variable aléatoire dans un cours de statistiques, vente additionnelle dans un cours de marketing et valeur actuelle dans un cours de mathématiques financières ! Néanmoins, le doute existe parfois (DRH pour directeur des ressources humaines ou pour direction des ressources humaines).

La plupart du temps, les locutions latines sont abrégées (etc. pour et cætera, CV pour curriculum vitae…).

L’abréviation des unités monétaires fait l’objet d’une norme internationale (trois lettres en majuscules, les deux premières se rapportant au pays et la dernière à l’unité monétaire, voir tableau en page devises). Mais plusieurs d’entre elles sont aussi abrégées d’un caractère particulier. Selon les lecteurs à qui on s’adresse, on utilise une forme ou l’autre. Par exemple, le dollar américain s’écrira USD dans la note d’un intervenant sur le marché des changes et plus simplement $ dans un article de journal.

Dans une lettre professionnelle, on rencontre souvent PJ (pièce(s) jointe(s)), po ou p/o (pour ordre), Ets (établissements)…

Notez qu’en principe numéro s’abrège no et non (o en exposant et non le symbole du degré). Mais bon, en pratique…

Dernière précaution, en fin de ligne on ne coupe jamais une abréviation.

Les abréviations personnelles (ou circonstancielles)

Elles ne sont pas destinées à être lues par le grand public. La liberté est totale mais il faut tout de même arriver à se relire ! Ces abréviations ne comportent pas que des lettres mais peuvent aussi utiliser des signes ou des dessins. Elles sont propres à chacun, en fonction de ses raccourcis mnémotechniques et de ses besoins. Il est donc vain de dresser une liste. Toutefois, on peut en suggérer certaines…

Souvent, les voyelles sont omises, ainsi que les sons ou, on, an… Ainsi, tous les jours peut s’abréger en ts ls jrs.

Les signes mathématiques constituent un bel ensemble de possibilités. Voici quelques exemples :

signes mathématiques

Ces sigles servent à écrire des mots proches :

mots proches

Poursuivons avec d’autres signes mathématiques moins connus :

signes mathématiques

Les flèches sont très pratiques :

flèches

Les chiffres ne sont utilisés que lorsqu’il est plus simple de les écrire ainsi. Il est certes plus rapide d’écrire 1 que un ou ½ que moitié, mais pour écrire milliard il est plus tout de même rapide d’écrire Md que 1 000 000 000 !

Le site web de référence sur la typographie :

http://www.orthotypographie.fr/

 

abréviation difficile

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés