Techniques et concepts de l'entreprise, de la finance et de l'économie 
(et fondements mathématiques)

L'audit social

logo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Audit social et statistiques

Je ne vais pas traiter d’un métier en quelques lignes. Notamment, les aspects juridiques sont hors sujet sur ce site. En revanche, un auditeur social non seulement connaît les indicateurs RH mais il s’enorgueillit d’être l’un des rares professionnels des ressources humaines à utiliser des statistiques un peu élaborées.

Missions

Ses missions sont de trois types : l’audit de conformité s’assure que les indicateurs sont corrects et correspondent aux définitions légales et en vigueur dans l’entreprise. L’audit d’efficacité analyse la qualité et le coût des pratiques de recrutement, de formation, de rémunération… Enfin, l’audit stratégique accompagne les choix définis par la direction générale et ses conclusions peuvent alimenter le chapitre d’un plan marketing stratégique qui fait le point sur les ressources internes ou constituer un élément fondamental du diagnostic général d'entreprise. Ce sont essentiellement ces deux derniers audits qui nous préoccupent ici.

Les étapes conduisant au diagnostic

Il existe de sympathiques convergences avec… les études de marché !

Des entretiens avec le personnel constituent le matériau de base et requièrent un minimum de confiance. On supposera que le DRH n’a pas attendu une crise ouverte pour diligenter un audit. D’ailleurs, jamais il n’habiterait dans une maison construite sur un terrain miné.

C’est donc une étude qualitative qui ouvre le bal. Outil classique des phases exploratoires, elle ne nécessite pas la constitution d’un échantillon aléatoire mais au contraire un choix de collaborateurs très divers et pas forcément représentatifs (bien que des tirages aléatoires sont réalisés sur des sous-populations). Le respect de l’anonymat va de soi.

Les entretiens sont individuels et semi-directifs.

Ensuite, une analyse de contenu permet d’extraire un certain nombre de termes et d’opérer une catégorisation nécessaire à la construction du questionnaire.

Celui-ci inclut des questions fermées et des échelles.

Et c’est parti pour une deuxième tournée d’interviews, cette fois-ci directifs. D’abord en phase de test puis, après d’inévitables modifications mineures, le questionnaire est administré à l’ENSEMBLE du personnel concerné par l’audit. Bien sûr, les entretiens sont effectués sur le temps de travail.

L’étape qui nous intéresse surtout est l’analyse des réponses. Les traitements diffèrent selon le type de question.

D’abord, le plus simple : on observe une seule variable sur l’ensemble de la population. Si elle est nominale, on se contente d’un tri à plat (pourcentages, représentés le plus souvent par un diagramme circulaire) et si elle est numérique, on présente une moyenne, une médiane, voire un écart-type ou un décilage. Il s’agit alors de statistiques descriptives.

Ensuite, supposons qu’on veuille détecter s’il existe une différence sur une variable binaire (cadre / non cadre, sédentaire / itinérant, etc.). On utilise alors un test pour être certain, mettons à 95 %, qu’il y a égalité de point de vue entre ces deux populations ou si, au contraire, cette hypothèse d’égalité peut être rejetée. Selon que la question appelle une réponse qualitative (« êtes-vous favorable au système de parrainage des nouveaux arrivés ? ») ou au contraire qualitative (« attribuez une note de -5 à +5 à la nouvelle convention collective, par rapport à l’ancienne »), on emploie respectivement des tests de fréquence ou des tests de moyenne. Plus les populations interrogées sont nombreuses, plus l’intervalle de confiance du test est resserré. En clair : moins on interviewe de salariés, plus on peut faire dire n’importe quoi aux statistiques.

Cherchons maintenant à savoir s’il existe une différence entre plusieurs populations, par exemple ouvriers, employés, agents de maîtrise, ingénieurs et cadres. Le découpage est donc plus fin et les contraintes d’effectifs deviennent très fortes. Si la réponse est qualitative (ou ordonnée mais avec peu de valeurs, du type « mauvais, moyen, bon »), on procède à un test d’indépendance du khi² complété d’indicateurs de mesure d’association. Si la réponse est quantitative, la technique utilisée est l’analyse de la variance (ANOVA).

Encore plus fort. Grâce aux analyses multivariées, factorielles ou typologiques, on peut bénéficier d’une vision panoramique même si le nombre de variables est considérable et mettre au jour des informations inédites. L’ACP sur variables et l'ACP des rangs détectent des liaisons entre catégories d’items (sur échelles numériques), l’ACP sur individus et, là encore, l’ACP des rangs permettent de repérer des proximités d’opinions entre diverses sous-populations. L’analyse factorielle des correspondances et l’analyse des correspondances multiples s‘appliquent quant à elles aux items d’ordre qualitatif.

Les régressions linéaires simples ou les corrélations des rangs, plus « banales », trouvent souvent leur place dans une étude. Si l’on soupçonne que certaines questions avec réponses échelonnées sont trop redondantes, une matrice des corrélations nous tire cette affaire au clair.

En vous promenant dans ce site, vous trouverez un bon nombre d’exemples.

Pour revenir à notre audit, on finalise ensuite l’étude, dont l’aspect statistique ne constitue, je le rappelle, qu’une partie. Notamment, des études documentaires sont parfois nécessaires : à titre d’exemple, un audit d’efficacité sur les rémunérations nécessite une bonne connaissance des niveaux de salaires et modalités de calcul pratiqués sur le marché du travail.

Il reste à rédiger et ou à présenter oralement le rapport. Le seul conseil que je puisse donner est que la clarté reste prioritaire sur la rigueur scientifique, les DRH ayant rarement une culture de statisticien (et il est toujours possible de faire plaisir aux puristes en développant une rassurante annexe aussi rigoureuse que documentée).

 

audit social

 

© JY Baudot - Droits d'auteur protégés